Congolaises, Congolais,

Chères sœurs, chers frères,

L’évolution de notre pays m’amène à partager avec vous ma vision de l’avenir de ce cher pays et de vous proposer une nouvelle voie pour agir.

Je me suis engagé en politique pour défendre les valeurs fondatrices de notre nation, l’unité, la paix, la justice et le travail. Je me suis aussi engagé pour offrir à nos enfants un avenir meilleur, grâce à une bonne éducation et à de bons emplois. Donner aux familles de quoi se nourrir, se loger et vivre en sécurité. Autrement dit, permettre à tous les Congolais de vivre dignement et dans la paix. Ce sont ces motivations qui m’ont poussé à m’engager en politique.

Fidèle à cet engagement, je n’ai cessé de mettre en garde le régime contre certaines pratiques contraires à ces valeurs. Notre pays a sombré dans la dictature, la corruption, les violences et les violations des droits de l’Homme. Le 29 septembre 2015, j’ai donc démissionné et pris le chemin de la liberté. J’ai alors choisi de dire ouvertement Non. NON à la dictature et à la résignation.

Depuis, je n’ai jamais cessé de me battre. J’ai poursuivi mon combat sous une autre forme, mais toujours avec le souci de défendre les intérêts du peuple, vos intérêts, Congolaises, Congolais.

Ce combat pour le changement a été synonyme de sacrifices pour ma famille, mes proches et moi mais je sais que ce n’est rien. Il ne se passe pas un seul jour sans assaut de groupes armés, sans viols de femmes, sans déplacements forcés, sans évasion de prisonniers, sans arrestations d’opposants et militants de la société civile, sans que nos compatriotes ne meurent de faim…

Tout cela ne fait que renforcer ma conviction et ma détermination à résister, à lutter. Car il n’y a pas de fatalité à la situation actuelle. Avec de la volonté, avec des idées, avec le sens des responsabilités, un autre Congo est possible. Un Congo en paix, un Congo stable et prospère. Un Congo qui offre à ses enfants de quoi vivre dignement.

Le Congo, mes chers concitoyens, est un grand pays. Le Congo est un pays riche. Son potentiel est immense. Nous avons tout pour devenir une grande nation. En Afrique, et même au-delà. Pour y parvenir, nous avons besoin d’un leadership capable, d’un leadership honnête, d’un leadership responsable. D’un leadership qui est là pour vous servir. Le temps n’est plus aux prédateurs, il est aux bâtisseurs.

Je suis un homme qui bâtit. Je veux être un leader qui tire vers le haut son peuple. J’en ai les capacités. J’en ai la volonté. Il ne s’agit pas d’une ambition individuelle. La vie m’a déjà beaucoup apporté, tant sur le plan personnel que professionnel. Cette réussite, je veux qu’elle soit collective, qu’elle soit désormais celle de chaque Congolaise, de chaque Congolais.

La souffrance doit faire place à l’espérance !

Chères sœurs, chers frères,

Pour y arriver, il est urgent d’agir, il faut s’engager.

C’est pour cela, mes chers compatriotes, que je serai candidat à l’élection présidentielle dans notre pays, la République Démocratique du Congo. C’est mon droit, c’est aussi mon devoir. Le destin des Congolais ne doit plus être pris en otage par une poignée d’individus égoïstes et malfaisants. Je ne le tolère plus. Je me bats contre cela. Ce combat, je le mène avec toute mon énergie et ma force, et le mènerai jusqu’au bout, comme je l’ai toujours fait dans ma vie.

Aussi loin que je puisse remonter dans ma mémoire, je me suis toujours battu pour m’en sortir. J’ai travaillé avec mes mains. J’ai porté des caisses, des charges lourdes. Très jeune, j’ai appris à gérer, à organiser mon travail. Je n’ai rien reçu. Je ne suis pas un héritier. Tout ce que j’ai eu, je l’ai gagné grâce à mon travail. Je dirige une équipe de football. Ses succès ont fait et font encore votre fierté. Pendant près de dix ans, j’ai dirigé le Katanga. Cette province est devenue un modèle de développement. J’ai réparé des routes, construit des hôpitaux, des écoles…J’ai développé l’agriculture car le « cuivre vert » nous assurera la prospérité  des lendemains sans mines. J’ai interdit l’exportation des minerais bruts, ce qui a permis de promouvoir les industries de transformation locale et ainsi créer de nombreux emplois et moderniser cette province.

La joie et l’espoir que ces succès ont apporté aux Congolais sont ma plus grande fierté. Mais ce parcours est avant tout fait d’exigence, de discipline, de détermination et d’humilité.

Chères sœurs, chers frères,

Mon combat est aussi celui de vous dire la vérité. A travers mon parcours, j’ai compris que le chemin vers la liberté était long et parsemé d’obstacles. C’est un chemin difficile, il exige de nous du courage. Un véritable courage, celui de vaincre sa peur pour défendre ce que nul ne peut nous voler : notre vie, notre liberté, notre avenir. Mais qu’est ce que la violence des armes, face à un peuple uni ? Il n’y a pas de plus grande armée qu’un peuple avide de liberté.

Le succès est toujours collectif, jamais individuel.

C’est pourquoi, Congolaises, congolais, je vous propose de marcher côte à côte. Main dans la main. Ensemble, je vous propose de bâtir un autre Congo. Le Congo que nous voulons, le Congo que nous méritons.

C’est un projet ambitieux. Mais la vie m’a enseigné que rien ne résiste à la volonté collective quand elle est juste.

Congolaises, congolais, ensemble nous ferons triompher notre projet.

Ce projet doit être porté par un mouvement fort. Un mouvement uni autour de personnalités déterminées à vous servir. Un mouvement ouvert et démocratique. Ensemble nous bâtirons un Congo fort, un Congo démocratique, un Congo juste, un Congo fraternel. Ensemble pour le Changement !

Ensemble, nous restaurerons l’Etat de droit.

J’assurerai à chaque Congolais protection et sécurité, car c’est la première mission régalienne de l’Etat. Je combattrai toujours la corruption, les vols et les détournements.

Ensemble, nous ramènerons la paix.

Je veillerai à ce qu’il n’y ait plus de guerre, ni avec nos voisins, ni entre nous car je garantirai l’unité nationale. Le sang des Congolais ne sera plus jamais versé par d’autres Congolais.

Ensemble, nous bâtirons un Congo juste.

Je serai le Président de la justice pour que vous tous, hommes, femmes, jeunes et vieux, cadres et paysans, chômeurs ou employés bénéficient des mêmes droits.
Un effort particulier sera fait pour aider les personnes vivant avec un handicap et pour promouvoir une vraie égalité entre les hommes et les femmes. Je serai votre humble serviteur et travaillerai sans relâche afin de redresser le Congo.

 

De Bukavu à Mbandaka, de Bunia à Matadi, de Kisangani à Kananga, de Kinshasa à Lubumbashi, je garantirai l’électricité à nos villes et à nos campagnes. Je fournirai l’électricité nécessaire pour transformer nos produits agricoles et assurer la compétitivité de nos industries. Ensemble, éclairons le Congo.

Ensemble, valorisons les richesses de notre sol et de notre sous-sol !

Plus aucun Congolais ne doit vivre dans la misère alors que notre terre regorge de tant de richesses. Le diamant du grand Kasaï, le coltan et la cassitérite du grand Kivu, le cobalt, l’étain, le manganèse, le cuivre du grand Katanga, l’or, le fer, le coton de la grande Province Orientale, le pétrole du Bas-Congo, les bois et le café du grand Equateur, l’huile de palme du grand Bandundu… Que ces richesses créent des emplois, qu’elles nous permettent de bâtir un Congo prospère. Il nous faut pour cela demeurer ouvert à tous les partenaires. Nos revenus miniers serviront à doter notre pays d’infrastructures modernes, à transformer notre économie et à la diversifier, notamment dans l’agro-industrie, afin de nous préparer aux lendemains sans mines.

J’inscrirai la lutte contre le changement climatique dans nos priorités car protéger notre patrimoine, c’est protéger le monde. Je veillerai à ce que les engagements souscrits pour notre contribution à la sauvegarde de la planète soient justement affectés à l’amélioration de nos conditions de vie et à la préservation de notre écosystème.

Aussi je serai le Président de la confiance économique. Je ramènerai l’envie d’investir en protégeant tous ceux qui veulent créer des richesses en RDC. Je supprimerai les tracasseries qui découragent et empêchent de travailler.

Chères sœurs, chers frères, il est temps de retrouver notre fierté.

Je veux être le candidat du mérite, en particulier au sein de notre formidable jeunesse. Lui offrir un avenir radieux au Congo constitue notre plus grand défi. Je stimulerai chez les jeunes le goût de l’effort et non la paresse. Je leur transmettrai les valeurs de solidarité et non l’égoïsme, je leur donnerai le goût de l’engagement et non la démission. Les plus méritants seront récompensés et les plus vulnérables protégés.

Je défendrai toujours notre plus grande richesse qui est notre capital humain. Chaque congolais doit pouvoir accéder aux soins de santé de qualité et disposer d’une couverture universelle. Lire, écrire, et compter doivent constituer le socle minimum d’une éducation de qualité où les enseignants auront la charge de former les Congolais à la vie.

Mon projet est ambitieux. Il est à la hauteur de notre Histoire, de notre culture et de notre potentiel : rendre à tous les Congolais leur fierté, redonner à notre pays les clefs de la grandeur.

Ensemble construisons une nation forte et solidaire !

Je veux me tourner vers toutes les forces vives de la Nation:

A touts les Congolais, je dis : apportez votre expertise, votre talent, le meilleur de vous au développement de notre patrie. Car ce pays, notre pays, la République Démocratique du Congo, c’est le vôtre, c’est le nôtre !

Ensemble, nous pouvons tout. Nous sommes 80 millions de Congolais. Nous avons pour nous le nombre et la détermination. Notre combat est juste. Nos aspirations sont légitimes. Quelles que soient votre ethnie et votre famille politique, si vous aimez le Congo, rejoignez-nous, participons ensemble à sa reconstruction.

Ensemble nous sommes riches, seuls nous demeurerons éternellement pauvres !

Chères sœurs, chers frères,

Ayons confiance. Il n’y a pas de fatalité. Avec de la volonté, avec de la responsabilité, avec une vision, notre pays se relèvera. Nous avons assez de forces et de talents. Par sa taille, par son peuple, par ses richesses, par sa jeunesse, le Congo est un grand pays, un magnifique pays ! Notre place est parmi les premiers et non au dernier rang des nations africaines.

Congolaises, Congolais,

Ma vie est un combat. Aujourd’hui, ce combat, je vous propose de le mener ensemble. Engagez-vous avec moi. La force est de notre côté. Engagez-vous avec moi. Le temps de l’alternance est venu. Un autre Congo est possible. Ensemble pour le changement !

Moise Katumbi