25 July 2019

RDC : Fayulu seul contre tous à Lubumbashi ?

Entre d’un côté Katumbi qui entend faire de « l’opposition républicaine et exigeante » et de l’autre Jean-Pierre Bemba quasiment indécis sur la gouvernance du régime en place, Martin Fayulu qui réclame la vérité des urnes semble bien isolé au sein de Lamuka.

Cette fois-ci sera peut-être la bonne. Après des reports, la rencontre des principaux leaders de Lamuka aura enfin lieu. Ce sera lundi 29 juillet à Lubumbashi, capitale du Haut-Katanga à l’extrême sud-est de la RDC.

Des retrouvailles à l’issue desquelles sera désigné le successeur de Moïse Katumbi à la coordination de la coalition de l’opposition. D’après des prédictions des observateurs et des médias congolais, tout porte à croire que c’est Jean-Pierre Bemba qui succédera à l’ancien gouverneur du Katanga.

Quel que soit le nom du futur nouveau coordinateur, le grand défi reste l’avenir de Lamuka. Un avenir visiblement compromis par les divergences dans les attitudes et les déclarations des membres de cette plateforme ayant soutenu Martin Fayulu à la présidentielle du 30 décembre dernier remportée par Félix Tshisekedi selon la Commission électorale et la Cour constitutionnelle.

Et pour Fayulu, il faut que se fasse la restitution de la « vérité des urnes ». Mieux, que sa victoire présumée (avec 61 % des voix, selon lui) soit reconnue. De là à remettre en cause la légitimité du 5e président de RDC.

Lamuka divisée ?

Mais si le soleil continue de luire sur tout le monde, à Lamuka, le coq (logo de la coalition) a déjà cessé de chanter le même chant pour tout le monde. « La Coalition Lamuka va rencontrer le président Félix Tshisekedi après la formation du gouvernement », déclarait le 8 juillet dernier, Christophe Lutundula, secrétaire permanent du bureau politique d’Ensemble pour le changement, parti de Moïse Katumbi et membre de la coalition Lamuka.

Or, « on ne peut pas aller crédibiliser un régime sorti du hold-up électoral. Si une rencontre devrait avoir lieu, c’est d’abord après une réunion du présidium, où les options claires doivent être levées », a récemment répliqué Steve Kivuata, porte-parole de Lamuka et proche de Martin Fayulu.

Dès lors, quelle position pour Jean-Pierre Bemba ? La question taraude les esprits jusqu’ici, car depuis son retour, le 23 juin dernier, l’ancien vice-président de la République n’a pas encore fait de déclaration « fracassante » de manière à livrer « clairement » sa position vis-à-vis du nouveau régime, alors que Katumbi de son côté avait promis de mener une opposition « républicaine et exigeante ». Ce qui a été interprété par des observateurs comme une disponibilité à travailler avec Tshisekedi.

Du coup, la rencontre de Lubumbashi laisse déjà entrevoir Fayulu dans une posture où il sera esseulé. Quitte à bâtir de nouvelles stratégies pour rebondir.