6 February 2019

RDC/Présidentielle : Martin Fayulu saisit la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples pour réclamer sa victoire

Le feuilleton congolais sur la vérité des urnes semble de plus en plus loin de se terminer.

Malgré que la République démocratique du Congo a un nouveau président qui a par ailleurs prêté serment, certains continuent de contester la victoire de ce dernier.

Martin Fayulu Madidi, est l’un des candidats malheureux de l’élection présidentielle organisée en RD Congo le 30 décembre 2018, ne ménage aucun effort pour exiger que la vérité des urnes soit rétablie afin qu’il soit proclamé président de la République.

Après avoir saisi la Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo qui, malgré tout, a confirmé la victoire de Félix Tshisekedi, c’est désormais au tour de la justice africaine d’être saisie par Martin Fayulu, un des principaux leaders de la coalition de l’opposition LAMUKA.

À en croire Fidèle Babala, secrétaire général adjoint du Mouvement de Libération du Congo, “MLC”, parti de Jean-Pierre Bemba, M. Fayulu a saisi la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples dans le seul et unique but de faire triompher la vérité des urnes.

“Après avoir épuisé toutes les voies de recours au niveau national, la coalition LAMUKA est au niveau africain et entreprendra toutes les démarches pour que nos droits soient reconnus et que nous soyons réinvestis dans notre position initiale qui est celle de la présidence de la République”, a indiqué Fidèle Babala cadre de LAMUKA, ce mercredi 6 février 2019.

Selon la coalition LAMUKA qui soutient Martin Fayulu, la victoire de Félix Tshisekedi, actuel chef de l’État de la RDC, est le fruit d’un arrangement entre lui et Joseph Kabila, le président sortant.

Au cours de son meeting populaire tenu le 02 février dernier à la place Sainte Thérèse dans la commune de N’djili à Kinshasa, Martin Fayulu avait annoncé qu’il allait saisir les instances judiciaires africaines pour revendiquer sa victoire électorale avec 61%.

Interrogé à ce sujet mardi dernier lors de la conférence de presse animée conjointement avec le président angolais João Lourenço, Félix Tshisekedi a déclaré qu’il attendait les preuves de ceux qui revendiquent leur victoire.