8 July 2019

Vie des partis : la coalition Lamuka va tenir une réunion de clarification autour de Katumbi

Le coordonnateur du regroupement politique de l’opposition s’attend à voir les membres du présidium autour de lui, le 26 juillet, à Lubumbashi, afin de tirer au clair certaines situations qui plombent actuellement son évolution dans le microcosme politique congolais.

Les principaux leaders de Lamuka sont censés faire le déplacement de Lubumbashi aux fins d’évaluer les actions de cette plate-forme, au regard des enjeux politiques actuels. L’invitation a été lancée via une correspondance initiée depuis le 6 juillet, à partir de Bruxelles, par l’ex-gouverneur du Katanga, actuel coordonnateur du présidium tournant de Lamuka. Moïse Katumbi a, pour ce faire, proposé trois points essentiels devant faire l’objet de l’ordre du jour. Il s’agit notamment de la situation politique de la RDC, du calendrier des activités, des perspectives et des divers.

Pour justifier la convocation de cette réunion de clarification, Moïse Katumbi s’appuie sur les dispositions pertinentes de la Convention portant création de la coalition Lamuka, le 27 avril dernier, particulièrement en son article 10 qui appelle à la tenue d’une réunion mensuelle du présidium. L’ex-gouverneur du Katanga tient à la tenue de cette réunion, eu égard aux sujets à examiner. Le quorum requis pour toute réunion du présidium étant fixé à la totalité de ses membres conformément à l’article 5 alinéa 4 de la Convention, Moïse Katumbi permet néanmoins aux absents de se faire représenter par un collaborateur. Les décisions du présidium étant prises par consensus, le souhait du coordonnateur est de voir tous les membres à cette réunion pour lever des grandes options en rapport avec l’avenir immédiat de la plate-forme, a-t-il indiqué.

Une division qui ne dit pas son nom au sein de la plate-forme

Cette rencontre, faut-il le dire, tombe à point nommé, à l’heure où Lamuka traverse une mauvaise passe sur fond de discordances quant à l’approche de la lutte à mettre en œuvre contre l’actuel pouvoir. Difficile de trouver un point d’équilibre entre ceux qui soutiennent le combat de Martin Fayulu pour “la vérité des urnes” et ceux qui prônent l’opposition républicaine. Entre les principaux leaders de cette coalition dominés par leur égo respectif, les cordons sont encore loin de s’accorder concernant les rapports à entretenir avec le pouvoir de Félix Tshisekedi qui a déjà récupéré, dans son escarcelle, Mbusa Nyamwisi. Ce dernier a déclaré suspendre sa participation aux activités de Lamuka afin d’assister le chef de l’Etat dans sa lutte contre Ebola et l’insécurité à l’est du pays. Entre-temps, Jean-Pierre Bemba continue d’émettre des signaux d’un clivage avec Martin Fayulu dont il semble ne pas adhérer à sa vision de lutte pour le rétablissement de “la vérité des urnes”. Le 30 juin dernier, alors que Lamuka, sous la férule du tandem Fayulu-Muzito, battait le pavé à Kinshasa lors d’une marche interdite, bravant les gaz lacrymogènes et les tirs de sommation de la police, le leader du Mouvement de libération du Congo se la coulait douce à Gemena (province de l’Equateur) où il s’était rendu la veille de la manifestation. Une fuite en avant ? Difficile de l’affirmer.

Enfin, les dernières propositions unilatérales de sortie de crise de Martin Fayulu, contenues dans une correspondance adressée notamment aux chancelleries occidentales dans laquelle il sollicite, entre autres, la création d’un Haut Conseil…, ne sont pas non plus de nature à favoriser la concorde au sein de Lamuka qui frôle déjà le schisme. Aussi la rencontre du 26 juillet à Lubumbashi se présente-t-elle comme une belle opportunité de tirer les choses au clair, en vue de refaire l’unité du groupe et de redécoller sur des bases plus solides.