1 – Consolider l’Etat, la démocratie et la paix

Le Congo souffre d’institutions affaiblies par la violation permanente des textes, la corruption et l’impunité. L’autorité de l’Etat est bafouée sur l’ensemble du territoire national. La guerre, la violence et l’insécurité ont obligé des millions de compatriotes à fuir leurs villages et leurs terres. Cette situation est insoutenable. Chaque Congolais doit vivre en paix et disposer d’un Etat qui le rassure et le protège. Rapidement, nous mettrons un terme à la guerre et aux conflits. Partout nous engagerons les démarches pour une réconciliation effective entre nos communautés et avec nos voisins. Nous devons assurer à tous les meilleures conditions du vivre ensemble.

Notre action s’articulera autour de quatre priorités majeures :

(1) la consolidation de la paix et de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national ; (2) le renforcement de la gouvernance politique, administrative et économique ; (3) la poursuite du processus de décentralisation et de développement local et (4) le renforcement de notre diplomatie et une politique de bon voisinage.

Nous mettrons fin au culte de la personnalité et veillerons au respect de la séparation des pouvoirs en renforçant la justice. L’armée, la police et les services de sécurité assureront leur mission républicaine de protection. Nous veillerons au renforcement des capacités de nos forces armées et de police et à un meilleur encadrement des hommes de troupe par la formation des officiers. Plus aucune goutte de sang congolais ne devra être versée par des Congolais. La culture du respect de la vie dominera.

Nous réduirons le train de vie de l’Etat et lutterons contre la corruption. Nous mettrons un terme à l’impunité des puissants. Chaque responsable public devra publier son patrimoine et rendre compte de son enrichissement éventuel en cours de mandat. L’accès aux médias publics sera garanti à tous les courants de pensée. Nous voulons que tous les Congolais participent au développement du pays.

Nous ouvrirons un débat sur la nationalité dans le sens de l’ouverture à toutes les filles et fils du Congo qui vivent à l’étranger afin de leur  faciliter le retour au pays.

En savoir plus Réduire

2 – Valoriser le capital humain

Notre pays abrite plus de 80 millions d’âmes, dont 65% sont des jeunes de moins de 25 ans. L’école et la formation seront au cœur de notre action. Donner une chance à tout Congolais de pouvoir accéder à un travail décent et s’épanouir par son effort, son talent et son génie constitue la clé de la transformation de notre pays.

Nous mettrons en œuvre la gratuité effective de l’enseignement primaire et secondaire et les rendrons obligatoires. Nous construirons 50.000 salles de classe et procéderons au recrutement de 15.000 enseignants. Nous veillerons à ce que les enfants des régions rurales aient accès à un enseignement de qualité dans de bonnes conditions. Nous veillerons particulièrement à ce que les filles soient scolarisées. Nous engagerons une grande réforme de promotion des sections techniques et professionnelles. Nos jeunes pourront acquérir les bases des métiers qui leur permettent de trouver de l’emploi. Nous instaurerons une collaboration et une passerelle entre les centres de formation et les employeurs. Ces centres seront déployés pour répondre aux exigences de pôles de croissance. Nous renforcerons les structures de formation existantes et veillerons à la formation de 1000 enseignants des écoles agricoles pilotes et des inspecteurs techniques. Nous renforcerons l’offre de l’enseignement supérieur et procéderons à l’amélioration de sa qualité, de son efficacité, de son équité. Nous assurerons l’adéquation formation-emploi. Nous opérerons la réhabilitation et la modernisation des universités.

Sur le plan de la santé, nous adopterons une nouvelle politique ayant pour objectif la garantie des soins de qualité, la facilité d’accès aux soins, la mise en place d’une couverture maladie minimale universelle. Il faut accroître les crédits affectés à la santé afin d’atteindre 15% du budget national. Les 560 centres de santé et 62 hôpitaux publics répartis dans le pays seront remis aux normes et l’approvisionnement en médicaments sera garanti. Nous réhabiliterons les hôpitaux généraux de référence actuels et construirons plusieurs nouveaux hôpitaux militaires de référence.

Dans le secteur des urgences, une stratégie d’intervention et de protection civiles pour prévenir la catastrophe doit être adoptée. Un fonds national de solidarité sera mis en place.

Les plus vulnérables de nos compatriotes, particulièrement les personnes qui vivent avec handicap, les orphelins, les filles-mères et nos vieillards seront protégés.

La participation des femmes congolaises à la vie politique et économique constitue une priorité. Le respect du droit des femmes et l’application de la parité seront des principes de base de notre politique. Tous les ménages congolais doivent avoir accès à un logement décent. A cet effet, dans le cadre de la mise en place d’une politique d’un toit pour tous, nous initierons un programme de construction de 1000 logements par province et par an.

En savoir plus Réduire

3 – Relancer la croissance, diversifier l’économie et créer des emplois

Notre pays regorge de talents et de capacités. Tous les Congolais doivent devenir, par leur travail, des acteurs de la croissance et du développement. Nous nous attacherons à transformer l’économie du pays qui ne doit plus reposer sur le seul secteur minier. La production agricole et la transformation de nos produits de base devront répondre aux besoins de toutes les populations. Nous améliorerons le climat des affaires et des investissements afin d’assurer, en 5 ans, la création de 3.500.000 emplois, non seulement par la valorisation des emplois existants mais également en assurant la transition des unités économiques informelles vers le formel.

Tout en assurant la maîtrise du cadre macro-économique, 100 milliards de dollars doivent être mobilisés pour un vaste programme d’investissements publics. Les partenariats public-privé seront stimulés et l’Etat sera désormais respectueux de ses engagements. Notre priorité sera axée sur le désenclavement du pays par l’entretien de 23.000 kilomètres de routes et l’asphaltage de grands tronçons prioritaires. Nous connecterons les 4 extrémités du pays et notre chemin de fer sera réhabilité. La majorité des Congolais doit avoir accès à l’électricité. Dans le secteur de l’eau potable, nous augmenterons le taux global de desserte de 25 à 60%. Pour rendre notre économie compétitive et réduire la fracture numérique, nous mettrons en place 50.000 kilomètres de fibre optique et accompagnerons les entreprises innovantes dans leur développement.

Ensemble, nous développerons dix pôles de croissance pour mettre en valeur les atouts de chaque province. Des corridors seront ouverts afin de connecter ces pôles de croissance dans les secteurs de l’agriculture, des mines, du bois, du tourisme.

Dans le secteur des mines qui constitue aujourd’hui la base de notre économie, la transparence sera totale. L’amélioration de la connaissance géologique par des recherches de grande envergure et la centralisation des données seront des priorités. Tout comme la transformation des produits miniers en produits finis.

Ensemble, nous devons transformer notre pays en une puissance économique capable de produire et exporter des produits finis de qualité.

Il y va de notre avenir et de celui de nos enfants.

En savoir plus Réduire

4 – Lutter contre le changement climatique

Dans la lutte contre le changement climatique, la RDCongo doit prendre toute sa place. Nos efforts afin de préserver nos eaux, nos forêts et notre biodiversité doivent être justement et utilement rémunérés. A cet effet, nous nous engageons à élaborer et valider une nouvelle stratégie sectorielle de l’environnement intégrant les résolutions de l’Accord Cop 21.

Les réformes seront mises en oeuvre pour clarifier les rôles et les responsabilités des différents acteurs du domaine et traduire en droit interne les engagements souscrits à Nagoya et à Paris.

L’Agence Nationale de l’Environnement doit être dynamisée et un fonds d’intervention pour l’environnement sera créé. Toutes les administrations concernées seront engagées dans la gestion et la collecte durable des eaux de pluie, des eaux usées, des déchets liquides et solides. L’assainissement de nos grands centres urbains appelle une réponse urgente à laquelle je m’emploierai.

Nous renforcerons la capacité du ministère de l’environnement et élaborerons un plan de protection de la biodiversité du pays ainsi que celle des aires protégées, en  particulier des forêts. Un inventaire et une identification des espèces susceptibles de contribuer au développement dans les domaines de la santé – notamment les plantes médicinales -, de la chimie, de l’agriculture, des cosmétiques, seront réalisés. La RDCongo affichera une ambition, celle d’être une voix forte dans cet enjeu crucial pour l’avenir de la planète.

En savoir plus Réduire